• Accueil
  • Anatomie
  • Biologie
  • Cardiologie
  • Chirurgie
  • Complications
  • Constantes
  • Démarches de soins
  • Digestif
  • Endocrinologie
  • Soins d'escarres
  • Gestes de 1er secours
  • Hématologie
  • Hygiène
  • Infectieux
  • Injections
  • Mesures de Protection
  • Pansements
  • Perfusions
  • Pharmacologie
  • Pneumologie
  • Prélèvements
  • Prélèvements Veineux
  • Psychiatrie
  • Sémiologie
  • Sondes
  • Toilette
  • Transfusion
  • Traumato
  • Urgences / Réa
  • Fiches De Soins

    Fiches techniques et théorie pour étudiants en soins infirmiers et soignants

    Sondage urinaire : techniques de pose de sonde vésicale


    Le sondage urinaire aussi appelé sondage vésical, consiste en la pose d'une sonde dans la vessie, via le méat urinaire (orifice par lequel nous émettons l'urine). Les risques infectieux sont importants et le CLIN a même constaté que l'infection urinaire est la plus fréquente des infections nosocomiales.

    Pose de sonde urinaire : indications

    • rétention urinaire ou globe vésical : due à une tumeur qui comprime l'urètre ou dans le post-partum entre autres. Il s'agit souvent d'un sondage aller-retour dans ce cas (on sonde pour vider la vessie mais on ne laisse pas la sonde en place)
    • intervention chirurgicale avec anesthésie générale (le sondage permet de faire un bilan des entrées et des sorties)
    • réaliser un ECBU chez un patient incontinent en faisant un sondage aller-retour (on ne fait que prélever l'urine nécessaire à l'analyse, puis on enlève la sonde
    • Surveiller les entrées et sorties (entrées = liquide administré par perfusion, sorties = urines) grâce à la diurèse
    • permettre l'émission d'urine chez un patient incontinent et alité ou autres circonstances : c'est ce que'on appelle le sondage à demeure

    Prescription médicale de sondage vésical

    Elle doit indiquer le calibre de la sonde si nécessaire, la fréquence de changement de la sonde s'il s'agit d'un sondage à demeure.

    Préparation du matériel de sonde

    Déballez l'ensemble du matériel de manière à ne pas laisser la personne nue trop longtemps et pour optimiser l'organisation du soin dans sa globalité (gain de temps, meilleure hygiène, plus de confort pour la personne soignée et pour vous). En effet, le sondage urinaire est un soin un peu compliqué quand on débute, sans oublier que le patient n'est pas forcément très rassuré à l'idée d'être donsé, donc il faut être préparé et organisé avant de commencer le soin. En veillant à bien garder le matériel stérile, préparez :
    • gants stériles
    • gants non stériles
    • SHA
    • la vaseline sur la sonde
    • Dakin
    • compresses stériles
    • eau stérile
    • la seringue qui servira à gonfler le ballonnet : entre 10 et 20cc selon les sondes.
    • la sonde en circuit clos : fermez le système de vidange...

    Pose de sonde chez la femme

    Après avoir mis vos gants non stériles procédez à une toilette intime au savon et à l'eau, sauf si la personne peut le faire elle-même (promotion de l'autonomie). Lavez vos mains et enfilez les gants stériles pour nettoyer le méat urinaire (compresse stérile imbibée de Dakin) et les zones alentours, puis laissez une compresse imbibée de Dakin zu niveau du méat urinaire (cela permet à la fois de le protéger des germes et chez les femme de garder un repère sur la localisation du méat qui n'est pas facile à repérer !).

    Prenez la sonde vaselinée au niveau de l'extrémité et sur une dizaine de centimètre et insérez-là dans le méat : soit vous avez un retour d'urine, soit rien ou présence d'autres liquides... Dans ce cas vous n'êtes pas dans l'urètre et il faut changer de sonde pour recommencer le geste. Si la sonde est bien dans la vessie, gonflez le ballonnet à l'aide la seringue préalablement remplie de 10 à 20 cc d'eau, selon le type de sonde. Veillez à ne pas laisser plus de 500 ml s'écouler : risque de malaise. Pour cela il suffit de clamper la sonde à 500 cc et de recommencer une demi-heure plus tard.

    Pose de sonde chez l'homme

    Lorsqu'il s'agit d'une première pose chez un homme, c'est le médecin qui doit la pratiquer : c'est un acte médical ! Assurez-vous donc avant même de préparer votre soin, que c'est bien à vous de sonder et pas au médecin. Si c'est bien à vous de jouer, sachez que la préparation du soin et le début du sondage vésical sont identiques au sondage de la femme, vous pouvez donc vous reférérer au paragraphe ci-dessus jusqu'à la toilette incluse. Dès que vous vous apprêtez à poser la sonde vésicale, vous devrez procéder différemment du fait de l'atanomie masculine. La verge doit être maintenue verticalement : introduisez la sonde jusqu'à percevoir une butée. Alors vous pouvez repositionner la verge à l'horizontal et continuez d'introduire la sonde jusqu'au retour d'urine. Le sondage vésical a tendance à être plus douloureux chez l'homme, tout comme l'ablation, mais il n'y a que très peu de risques de rencontrer un souci.

    Tracez le soin, notez la quantité d'urine et les remarques particulière (saignements, sérosités...)

    Complications et risques du sondage urinaire

    Poser une sonde revient à introduire un corps étranger dans le corps. Il y a donc un risque infectieux important, que l'on prévient grâce à l'antiseptie, à l'hygiène des mains et au matériel stérile. La complication la plus fréquente de la pose de sonde urinaire est sans doute l'infection, et elle n'arrive pas si souvent que cela grâce aux techniques de soins. Les autres complications sont vraiment rares :
  • fausse route et blessure de l’urètre lors de l’introduction de la sonde
  • torsion de la sonde à l'intérieur de l'urètre qui empêche l'introduction du dispositif
  • arrachement de la sonde (sans doute la complication la plus fréquente) ou dégonflement du ballonnet qui fait que la sonde pert sa place et n'est plus efficace
  • Obstruction de la sonde qui la rend inefficace et nécessite de l'enelever. Pour éviter ces obstructions, certains sondages font l'objet de lavages ou irrigations vésicales, notamment après une chururgie urinaire


  • Pour tout soin infirmier, appliquez les règles essentielles à savoir :

  • - Vérifier la prescription médicale, l'identité du patient, les contre-indications éventuelles
  • - L'intégrité du matériel, sa date de péremption
  • - Les règles d'hygiène élémentaires (lavage des mains, ports des gants, asepsie...)
  • - Lisez les transmissions avant le soin et faites vos transmissions après.



  •