Dyspnée


Définition

La dyspnée est le terme médical pour évoquer les difficultés à respirer : à inspirer ou à vider ses poumons. Les infirmiers l'utilisent pour la plupart des respirations anormales, mais la dyspnée se distingue d'autres termes comme la polypnée ou la bradypnée. Cela peut se manifester par une entrée d'air insuffisante par rapport aux besoins réels de l'organisme, avec des conséquences sur le taux d'oxygénation des tissus. Elle peut être une urgence ou non, selon la cause et selon la gravité.

Causes

Plusieurs problèmes peuvent expliquer la survenue d'une dyspnée. Celle-ci peut d'ailleurs apparaître de manière soudaine ou insidieuse (progressive).

La fausse-route

Le patient a "avalé de travers", un aliment, un liquide, un médicament, une bille, ou même sa salive, c'est-à-dire qu'au lieu d'aller dans l'oesophage, l'objet va dans les poumons. Le patient est généralement estomaqué, se lève ou s'assied droit dans son lit car le fait de ne pas pouvoir respirer normalement l'angoisse. Son teint devient rapidement violacé/bleu. C'est donc une dyspnée brutale, grave et le traitement est urgent. On peut dans un premier temps lui demander de tousser, ce qui peut suffire à lui redonner une respiration normale. Sinon, il est nécessaire de procéder à la manoeuvre d'Heimlich pour faire expectorer le patient.

Maladies ORL et respiratoires

Une laryngite peut entraîner une dyspnée, du fait de l'oedème provoqué par l'inflammation. Le patient a du mal à respirer, le passage de l'air est difficile. Cela peut nécessiter un traitement puor faire diminuer l'oedème et permettre une meilleure circulation de l'air dans l'ensemble des voies aériennes.

La bronchite encombre les bronches de sécrétions collantes, difficles à expectorer, et pouvant provoquer une dyspnée. La kiné respiratoire, les traitements qui liquéfient les sécrétions bronchiques aident à soigner la dyspnée de ce type.

L'asthme, due à un bronchospasme, rend la respiration difficile, le patient doit faire un effort pour aspirer l'air en suffisance. Les traitements bronchodilatateurs en inhalation ont souvent un effet immédiat pour soulager les moments où la dyspnée devient trop gênante. Parfois, il est nécessaire de traiter en milieu hospitalier et de faire un apport en oxygène pour compenser le manque d'oxygène provoqué par la dyspnée.

L'obésité / le surpoids

L'obésité provoque une compression de la cage thoracique qui rend le mouvement naturel des poumons difficiles. Le patient doit faire un effort pour inspirer normalement.

Maladies cardiaques congénitales

Dans le cas de la tétralogie de Fallot, les patients souffrent de dyspnée et doivent être surveillés afin de proposer les traitements adéquats pour éviter toute complication grave.

Traitement de la dyspnée et actions infirmières

Une dyspnée ne nécessite pas forcément de traitement, tout dépend de sa gravité et de sa cause. Une bronchite par exemple, peut entraîner une légère dyspnée sans qu'on prescrive forcément une oxygénothérapie. Par contre, la cause est traitée, avec des antibiotiques si nécessaires, des mucolytiques (qui détruisent les mucosités diffciles à expectorer et qui causent la dyspnée).

Le premier traitement est donc celui de la cause, sauf en cas de dyspnée urgente, où la priorité sera de permettre à nouveau à la personne de respirer (enlever un corps étranger, manoeuvre de Heimlich...) et/ou d'apporter de l'oxygène.

Pour tout soin infirmier, appliquez les règles essentielles à savoir :

  • - Vérifier la prescription médicale, l'identité du patient, les contre-indications éventuelles
  • - L'intégrité du matériel, sa date de péremption
  • - Les règles d'hygiène élémentaires (lavage des mains, ports des gants, asepsie...)
  • - Lisez les transmissions avant le soin et faites vos transmissions après.



  •