Diurèse : technique et évaluation


Définition

Dans la pratique infirmière, la diurèse est la mesure de la quantité d'urines émises en 24h. La moyenne étant d'1,5 L/24h, la diurèse permet d'évaluer l'état de santé d'un patient, en évaluant les entrées (liquides injectés par perfusion) et les sorties (urine). Lorsque la diurèse est effectuée, souvent lors de la tournée du matin, la quantité n'est pas le seule élément constaté est noté par les infirmiers. L'aspect, la couleur et l'odeur sont autant d'éléments qui informent sur la santé du patient, et sont donc notés. Urine claire, urine foncée, urine rosée, urine malodorante, présence de dépôts...

La diurèse en technique

Pour éviter toute erreur de mesure, les diurèses sont réalisées à la même heure chaque jour, et pour tous les patients quand c'est possible. L'aide-soignant, l'étudiant infirmier ou l'infirmier peuvent procéder à la diurèse.

Technique de la diurèse chez un patient sondé

Pour le commencement de la diurèse, le soignant établit une feuille où seront relevées toutes les quantités d'urine vidées de le sac collecteur d'urine. A chaque 24h, le soignant apporte un bocal à diruèse, propre (stérilisé) et sec qu'il étiquette au nom du patient, avec la date et l'heure. Il vide la poche à urine dans le bocal en manipulant le robinet avec une compresse afin d'éviter de contaminer la sonde urinaire, et avec des gants à usage unique non stériles afin de ne pas se contaminer lui-même et les patients qu'il soignera ensuite. Le bocal est rangé dans la salle de bain du patient. Lorsque le bocal est plein, on le vide dans les toilettes. Le soignant note la quantité d'urine recueillie sur la feuille dédiée à la diruèse.

Toutes les 24h, donc souvent lors de la tournée du matin, le soignant fait le total des urines vidées afin de savoir le total sur 24h. Ce total doit correspondre à une attente particulière selon la situation du patient : a-t-il uriné de façon anormalement importante ou inversement ? a-t-il éliminé autant de liquide que ce qu'il a reçu ? Notamment dans le cas d'irrigations de la vessie ?

Technique de la diurèse chez un patient non sondé

Avant de commencer la diurèse, demander à la personne d'uriner, car on ne garde pas les premières urines. Lui demander d'uriner dans un bassin ou pistolet pour que les soignants puissent récupérer l'urine et la verser dans un pot gradué. Ce pot doit être propre (stérilisé), sec, avec une étiquette au nom du patient, avec la date et l'heure. Le bocal est rangé dans la salle de bain du patient. Lorsque le bocal est plein, on le vide dans les toilettes. Le soignant note la quantité d'urine recueillie sur la feuille dédiée à la diruèse.Le soignant note la quantité d'urine recueillie sur la feuille dédiée à la diruèse. Toutes les 24h, donc souvent lors de la tournée du matin, le soignant fait le total des urines vidées afin de savoir le total sur 24h.

Evaluer la diurèse : oligurie, polyruie...

Une fois la diruèse notée, il faut bien qu'elle serve quelque chose ! Si la quantité relevée est anormalement basse, on parle d'oligurie, voire même d'anurie lorsqu'il n'y a pas du tout d'urine. Si la quantité est plus élevée que la norme, on parle de polyurie. L'évaluation de la diurèse permet de déceler un problème de santé potentiellement grave, surtout en cas d'anurie. Il faut aussi tenir compte des antécédents du patient et de son traitement. Les diurétiques par exemple, ont la réputation de faire uriner beaucoup. En cas d'anomalie, contacter le médecin permet de mettre en place les actions nécessaires.

Pour tout soin infirmier, appliquez les règles essentielles à savoir :

  • - Vérifier la prescription médicale, l'identité du patient, les contre-indications éventuelles
  • - L'intégrité du matériel, sa date de péremption
  • - Les règles d'hygiène élémentaires (lavage des mains, ports des gants, asepsie...)
  • - Lisez les transmissions avant le soin et faites vos transmissions après.

  •